Pour un chrétien, une vie sans prière prend le risque de devenir aride.

Mais prier, ce n'est pas simple. L'ennui, le découragement, la répétition ou l'habitude peuvent rendre la prière difficile.
Répéter une prière, la méditer, en éprouver toute la saveur, vibrer avec elle, pour qu'elle devienne comme une respiration, c'est entrer dans le mystère du dialogue entre Dieu et l'homme.
La prière prend une forme différente selon le temps, les lieux, les occupations et préoccupations de chacun, la culture et les expériences vécues.

La prière peut naître spontanément avec des mots de tous les jours ; elle emprunte également ceux des Écritures. Elle peut être personnelle ou communautaire.
Les moines et moniales, mais aussi les religieux (ses), prêtres, laïcs, chrétiens ordinaires, rythment leurs journées par la prière de l'Église ou "Liturgie des Heures".
Répartis sur quatre semaines, les psaumes constituent le cœur de la prière de l'Église. Le psaume, c'est un cri avant d'être un écrit. C'est une voix qui appelle, murmure, invoque, c'est un corps qui plie sous le poids de l'épreuve. Dans les psaumes, le peuple d'Israël parle à Dieu quand il est plongé dans la culpabilité après une faute, submergé par des épreuves et quand il est dans la joie après une victoire.